2017 - 2018

LES LIMITES

L’Option Architecture et Cinéma continue le travail réflexif commencé les deux années précédentes sur l’espace public, en se focalisant cette année sur la thématique de la « limite ».  

Le travail sur la trace - défini comme un indice qui ouvre des failles dans le visible pour nous porter au-delà du décor - nous a amenés à nous questionner sur un autre thème : la
limite - thème qui fera l'objet d'étude de cette année 2017-2018.

 

Philosophie, historique, thèmes abordés.

L’option Architecture et cinéma propose d'ouvrir le champ culturel architectural y englobant une culture audio-visuelle et d’ouvrir les possibilités d’investigation et de transmission d’un point de vue sur la ville et l’architecture à travers un médium qui est l’un des plus porteurs et percutants à l’heure actuelle.

En sondant les frontières entre les deux disciplines, l’option architecture et cinéma, initiée en 2012, a conduit à la production en son sein d’une trentaine de courts-métrages
thématiques, ainsi que de nombreux textes et productions graphiques et photographiques. Ils construisent ensemble un patrimoine vivant, questionnant plusieurs thèmes :

> En 2012-2013, le quotidien et les différentes manières de créer des mondes à partir du monde existant. (Un lieu plusieurs visions)

> En 2013-2014, le processus créatif. (Plusieurs films témoignent de différentes compréhensions d’un même processus créatif)

> Depuis 2015, les travaux de l’option se sont focalisés sur l’espace public, se donnant comme thèmes d’investigation la question de l’interstice, de l’intervalle urbain et
des traces dans la ville.


Quelles sont donc et comment peut-on les identifier et les rendre visibles ces limites dans la ville ? Les limites matérielles se confrontent dans la ville et dans le processus de création avec de limites immatérielles qui concernent tant l'objet étudié - la ville - que l'observateur, le concepteur, le penseur de la ville. Entre connu et méconnu, entre clichés et réalité, entre matériel et immatériel, entre documentaire et fiction le film se glisse le long des limites pour dessiner leur contour, pousser leur limites, définir leurs étendues. Ce thème complète le triptyque thématique sur la ville interstice-trace-limite.

Le médium filmique permet de tisser le formel et l’informel dans la compréhension de la ville, de redessiner et renommer les limites et de re-former la ville et reformulant ses impossibilités et ses potentialités.

L’action d’investigation urbaine dans l’exploration des limites donnera lieu, en fonction de la réalité trouvée sur place, à un dessin plus fin des limites urbaines, qu’elles soient géo- politiques, socio-économiques, topographiques, construites ou immatérielles, mobiles ou fixes.

Le territoire architectural est non seulement un espace à (re-)construire, mais aussi un espace à reconsidérer, à comprendre et à se ré-approprier.

C’est précisément dans ce travail essentiel de re-connaissance de la ville et de mise en vue de ses limites et de ses potentialités que le travail de l’option s’inscrit.

 

 

Méthode d'enseignement

La structure des cours sera organisée en trois parties :

1) La matière théorique de base sera donnée dans le deux premières séances de
cours. Seront couverts les .différents aspects du film : fiction - architecture décor, la place du film chez Le Corbusier, le scénario et la structure narrative des films, le film expérimental et le travail sur la perception, le son, la relation architecture - cinéma ou que peut le cinéma pour l'architecture.

2) La 3e séance consistera en une évaluation des apprentissages théoriques, suivie par une initiation à l’utilisation du matériel vidéo.

3) Les séances suivantes seront destinées à la progression de l’apprentissage du médium filmique et du travail de recherche sur l’urbain et ses limites. Les séances seront organisées en séminaires, enseignements théoriques et pratiques spécifiques et en rapport avec le thème étudié, ainsi que des rencontres avec de cinéastes. D'un cours à l'autre, les étudiant progresseront par missions et recherches thématiques progressives, en utilisant des moyens et des techniques d'écriture et de construction du film spécifiques pour chaque étape.

L’option organisera également trois soirées publiques de projection de films, inscrites dans une collaboration avec Cinergie, le cercle des étudiants de notre Faculté et d’autre collaborateurs externes, dont le festival du film documentaire pour lequel la soirée du 16 novembre que nous organisons dans notre faculté sera intégrée au programme. Une quatrième soirée de projection publique présentera au mois de janvier les films réalisés cette année qui seront appréciés par un jury formé de cinéastes, architectes, critiques de film.

Still from John Lennon's Imagine (1986) music video by Zbigniew Rybczynski (ZbigVisionLt) Exploring Space. transgress the logical boundaries of physical space. 


Le territoire architectural est non seulement un espace à (re-)construire, mais aussi un espace à reconsidérer, à comprendre et à se ré- approprier. C’est précisément dans ce travail essentiel de re-connaissance de la ville et de mise en vue de ses limites et de ses potentialités que le travail de l’option s’inscrit.
Le thème de cette année c'est LA LIMITE dans la VILLE. Cette thématique a comme objectif d'affiner la perception, le regard porté sur l'environnement urbain, qu'il soit construit/ matériel ou informel/ immatériel. En dessinant des contours, en mesurant des actions, la limite s'établit en mettant en rapport différentes parties constituantes de la ville. Ces rapports matériels et immatériels qui s'établissent dans la ville définissent son identité et influent son habitabilité et sa capacité d’accueillir et d'accompagner la vie.

Le regard est défini par ce qui est vu et par celui qui voit. Le regard dépend tout autant de ses deux extrémités entre lesquelles il est sous- tendu, l'objet et le sujet, que du milieu qu'il traverse, de la durée et de la distance qu'il parcourt, mais aussi de tout ce qui s'interpose sur ce parcours.

Enseignants et Invités

Véronique Boone (Le Corbusier et le film), Catherine Baude (architecture et son), Roxane Enescu (film expérimental, cinéma d’avant garde - l'architecture de l'expérimental), Thomas Vilquin (structure et écriture cinématographique), Maurizio Cohen (architecture et cinéma fictionnel) - et trois cinéastes belges encadreront l'option en 2017-2018

Proclamation des prix par le doyen Pablo Lhoas

1er Prix (pavé d’or) : 

2e Prix :

3e Prix :